Quand t’es dans le désert …

_DSC1736

Quand t’es dans le désert …

Ce titre n’est pas sans rappeler le « tube » des années 80 de Jean-Patrick Capdevielle :

Ce tube résonne aujourd’hui d’une triste vérité. Je vais expliquer pourquoi.

Il y a un film dont j’aimerais parler : Le Capital, un film de Costa-Gavras avec Gad Elmaleh, dont voici la bande-annonce :

Oui, vous avez bien entendu : « Prendre aux pauvres pour donner aux riches ! ». Mais ce n’est qu’une fiction, bien que ce film vise a dénoncer les pratiques de nos chères banques.

L’introduction étant finie, on peut passer au vif du sujet : Quand tu es dans le désert … et les banques !

  • Cas 1 : Charles-Edouard, 30 ans, rentier. Il a eu un petit héritage d’un oncle aux Amériques qui à investi, et il a des rentrées d’argent régulières. Tout va bien donc, la banque lui prélève son « forfait » normal pour la gestion de son compte et tout va bien. Il profite bien de son cocktail sur la croisette, et il paye ses 3 comptes en banque le prix normal.
  • Cas 2 : Fx, 36 ans, Photographe et vidéaste à son compte. Il n’a pas eu de petit héritage, pas d’investissements, et il n’a pas de rentrées d’argent régulier. De ce fait, il a 2 comptes sur lequel il  a des découverts autorisés (pour parer les mois où les rentrées d’argents se font moindre), et un autre, pro, sans découvert autorisé.

Comme Charles-Ed., il paye aussi son forfait. Hors. Lorsqu’il arrive en négatif (et dans les limites du découvert autorisé … et je souligne bien AUTORISE !), il se retrouve avec pas mal de petits prélèvements à droite à gauche : des « Commission d’intervention » de 8 euros par-çi, des « Frais de prélèvement impayé » de  12 euros par-là. Bon, les « intérêts débiteurs » (appelés aussi Agios) de 15%, là je comprend : c’est comme si je demandais un crédit au final, mais pour le reste, sachant que je suis sur un découvert autorisé, je ne comprend pas !

Alors oui, il faut jongler avec les comptes pour pas que l’un dépasse le découvert autorisé et l’autre non, mais au final, cela fait (hors forfait et intérêt) 110 euros pour 1 mois et demi sur un seul compte … mais c’est pas fini !

Le Fx, il bosse d’arrache-pied pendant 1 mois et demi, et il attend les paiements de ses clients, qui tardent souvent (grosse boite = service compta = Paye a 30 ou 60 jours voir + et encore, quand ils veulent), quand c’est pas moi qui oublie d’envoyer des factures : dur de tout gérer seul ! Charles-Ed, lui, commande un autre cocktail.

A la fin du mois, Fx arrive sur ses 3 comptes au total à dépasser la limite autorisé, avec tout ce que la banque lui à prélevé !

Là, la banque appelle le Fx en lui disant (je romance un peu) : « Bon, j’en ai fini de jouer avec toi, maintenant faut que tu renfloue le compte fissa ! ».  Au final, ses patrons ont pu s’acheter un bon nombre de balles de golf haut-de-gamme, pour leurs après-midi au Country-Club. Charles-Ed, lui, est un peu lassé de ses cocktails.

Fx, c’est moi, au passage 😉

Donc la banque m’appelle le matin (en réveillant la petite qui dormais encore, car c’est les vacances), me laisse un message sur mon répondeur pour dire d’abouler le fric vite fait :  manque de pot, le chèque d’un client est arrivé et je l’avais déposé à la banque (automatique) le soir précédent ce coup de fil.  Du coup je le rappelle, lui laisse un message, et 30 min plus tard, mon compte est (enfin) crédité. (Je lui dit aussi que ce serait bien qu’on prenne aussi RDV, mais il m’a jamais rappelé.)

Petite anecdote au passage : j’avais reçu un chèque du service compta de mon client … qui n’était pas signé ! J’ai dût aller le re-faire signer donc ! Perte de temps, déplacement, agios, etc …

Fin de la traversée du désert de 2 mois donc ! 

  • Charles-Ed : Ses 3 comptes en banque bien pourvus lui aura couté en 2 mois : 52 euros … sans compter les intérêt créditeur qui lui réduisent sa facture (normal, quand tu as des sous, cela rapporte)
  • Fx : Ses 3 comptes en banque mal pourvus lui aura couté en 2 mois : 52 euros … auquel il faut rajouter les « * Regul Min Perception Com Mvt », les « *commission Intervention » et les « *frais Prélèvement Impayé » soit un total de près de 300 euros !!! Pour rester dans les « limites autorisées » par la banque, je paye donc à ma banque presque 6x plus cher que Charles-Ed !

Alors oui en effet, il faut bien payer les petites mains des banques qui interviennent sur mon compte pour faire des opérations. Ces petites mains sont surement au SMIC soit-dit en passant. 10,60 euros le courrier, cela fait cher le papier, le toner de l’imprimante, et le timbre ! « Commission d’intervention » : Faire quelques clics sur l’ordinateur (si c’est pas directement automatisé) cela fait 8 euros à chaque coup …

Quand on sais que le grand-patron de cette banque à un salaire fixe de 550 000 euros, et que ses « Bonus » sont en hausse de 58% en 2013, soit un salaire total d’1,45 millions … ça me laisse pensif.

Alors je vous le dis aujourd’hui : Je ne suis pas fier de contribuer au salaire d’un grand homme, un grand patron emblématique, mis en cause dans des affaires de prise illégale d’intérêt (d’ou il a forcement été relaxé)  (si vous pensez que j’ai été censuré … vous vous trompez ^_^)

Conclusion : quand tu es dans le désert, ta banque, elle t’aide pas à t’en sortir ! Pire, elle t’enfonce bien profond !

Du calme … du calme …

Moi et mon petit déficit autorisé, je suis honteux d’avoir été autant en négatif, et je m’excuse auprès de ma banque adorée chérie, et j’accepte de me passer de la vaseline pour les prochaines fois, tout en fermant ma gueule. Je peux aussi me proposer de lustrer les balles de golf avec mon …. (oui, là je censure par contre.)

Respire …

J’envois donc à Charles-Ed un petit mail pour lui dire que je paye + cher que lui ma banque, donc je suis + riche que lui ! Parce que moi, je bosse, monsieur !

De là il me répond que mon déficit est ridicule : Son père est en négatif de plusieurs millions d’euros, et là la banque accepte de lui prêter encore + d’argent pour racheter une entreprise dans les télécommunications.

Merde alors ! Je suis sur le cul (là je peux le dire sans censurer) ! Donc du coup il doit payer des milliers en « commission d’interventions » et autres « frais de mes deux » ?
Je n’en saurais pas plus : secret des affaires !

Conclusion :

Vous l’aurez compris, je mélange içi réalité et fiction. A vous de savoir ce qui est réel ou pas.

Si c’était vrai, ce serait légal ?

Oui, c’est légal, mais les banques ont des limites dans leurs appétits grandissant : vous comprenez, c’est pas bien de taxer autant les pauvres comme ça !.
Voici leurs limites : « Pour faire face à ces pratiques, la loi de régulation des activités bancaires du 26 juillet 2013 impose un plafond maximal de frais par opération. Depuis le 1er janvier 2014, le montant maximum des frais de commission d’intervention est fixé : à 8 euros par incident (et) à 80 euros par mois. » (sources) … par compte en banque donc !

Source : Acsat.net

« Prendre aux pauvres pour donner au riches », c’est tellement vrai !

Pour finir, je vais vous dire à quelle banque je suis : ma banque c’est …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…. peut-être la votre !

 

M.A.J. du 28/11/2015 : Aller, pour rigoler un peu, lisez cet article : http://www.legorafi.fr/2015/11/27/un-banquier-revele-a-quoi-correspondent-enfin-les-frais-de-dossier-ses-reponses-vont-vous-surprendre/ 

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.